La rémunération de l'entrepreneur

©Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur

Objectifs ?

Définir sa rémunération

Quand ?

Durant toute la vie de l'entreprise

Avec qui ?

Seul ou avec un comptable et avec vos associés

L'essentiel


Quel salaire se verser au démarrage de son entreprise ? C’est une question qui revient très souvent chez les créateurs d’entreprise.

La rétribution de l’entrepreneur ou du dirigeant d’entreprise relève d’une subtile alchimie entre exigence de rentabilité de l’entreprise, valeur de l’entrepreneur sur le marché du travail et besoins personnels.

Se lancer comme indépendant implique souvent de faire des sacrifices financiers. Car avant de songer à gagner de l'argent, il faut assurer la pérennité de son entreprise et faire face aux charges. Cela peut prendre plusieurs mois avant que vous puissiez vous verser un salaire décent.

Il est préférable de se faire assister par un comptable.

Mon salaire vient en dernier (…). Je règle toutes mes factures, je paie mes collaborateurs puis je mets de l'argent de côté pour l'entreprise avant de m'occuper de moi. Ca n'est pas encore mirobolant mais j'en suis très fier, car se verser un salaire est hyper valorisant.
Ce qu'il faut savoir

VOTRE RÉMUNÉRATION D’ENTREPRENEUR DOIT ÊTRE PRÉVUE DANS LE PLAN FINANCIER.

Avant de démarrer votre entreprise, vous devrez réfléchir à la rémunération minimum acceptable pour vous.

“La règle d'or à prendre en compte est que déduction faite des cotisations sociales et des impôts, environ la moitié de vos revenus bruts doit rester en net (…) Quant à savoir comment y arriver, cela vous regarde. C'est ainsi que certains indépendants ne travaillent que quelques jours par semaine à des tarifs élevés et complètent le reste de leur temps par du réseautage et des visites de clients. Certes, il s'agit là également de travail, mais qui n'est pas directement rémunéré. D'autres préfèrent travailler à des tarifs inférieurs et ont un flux constant d'activités qui leur permet donc de facturer davantage d'heures de travail.” (Michel Piedfort de Freelancenetwork)



LE CHIFFRE D’AFFAIRES DE VOTRE ENTREPRISE DOIT COUVRIR TOUS LES FRAIS DE LA SOCIÉTÉ, SALAIRES COMPRIS.

Concrètement, plus votre chiffre d’affaire sera faible, moins vous vous payerez. En effet, tant que votre entreprise n’a pas atteint son point d’équilibre (break even) où les recettes égalent les dépenses, il est malvenu de se payer des salaires mirobolants, des voitures de société haut de gamme, etc. De plus, si un investisseur a placé son argent dans votre entreprise, c’est pour que cela profite à la croissance de la société, pas pour que vous vous enrichissiez (au détriment de la société).

SE RÉMUNÉRER EN TANT QU’INDÉPENDANT (PERSONNE PHYSIQUE)

Il n’y a aucune séparation juridique entre ce qui appartient à l’entreprise et ce qui vous appartient à titre personnel. Une fois que toutes les charges sont payées, vous vous rémunérez quand vous voulez et comme vous voulez, pourvu que la trésorerie soit suffisante. Pas de fiche de paie. Juste un transfert d’un compte bancaire pro vers un compte personnel. La rémunération réelle n’est pas déclarée. Ce qui est déclaré, c’est le bénéfice de l’entreprise.

SE RÉMUNÉRER EN TANT QUE CHEF D’ENTREPRISE OU ASSOCIÉ

Dans une SPRL, la rémunération du chef d’entreprise peut se faire sans formalisme pourvu qu’il y ait une trésorerie suffisante. Mais les sommes versées doivent être déclarées car elles constituent la base du calcul des charge sociales et de l’impôt sur le revenu.

Dans le cas d’une SA, la rémunération du chef d’entreprise ou des associés est définie en assemblée générale ordinaire des actionnaires. Il s’agit cette fois d’un salaire qui fait l’objet d’une fiche de paie et constitue la base du calcul des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu. Il est également possible de se rémunérer sous la forme de dividendes.

LES ÉTAPES À RESPECTER

  1. Estimer vos besoins personnels : calculez le montant dont vous avez besoin chaque mois pour vivre.
  2. Calculer les charges fixes de l’entreprise : loyers, matières premières, factures, salaires des employés... Votre chiffre d'affaires sert en priorité à honorer ces dépenses.
  3. Alimenter votre trésorerie : prévoyez assez de liquidité pour pouvoir surmonter d’éventuelles baisses d'activité.
  4. Établir et suivre votre bilan prévisionnel : il prévoit les premières rentrées d'argent et leur progression.
  5. Se verser un salaire dès que votre chiffre d'affaires couvre toutes les dépenses de la société et permet de reconstituer sa trésorerie.

Pour calculer le montant net de votre première rémunération d’entrepreneur, vous devrez donc tenir compte des éléments suivants et les déduire de votre chiffre d’affaires (des factures émises) :
  • La TVA (en général 21%) que vous devrez reverser à l’Etat. Cet argent ne fait que transiter sur votre compte. Il ne fait pas partie de vos revenus. Mettez cette somme de côté.
  • Les cotisations sociales (21% de vos revenus) : à payer par trimestre à votre mutuelle.
  • Les charges de l’entreprise : matières premières, factures fournisseurs, bureaux, équipements et matériel, salaires employés, etc.
  • Les frais professionnels : voiture, internet, téléphone, frais de déplacement, etc.
  • Les frais financiers : intérêts d’emprunt, agios …
  • Les impôts et taxes : prévoir une réserve suffisante pour y faire face
  • Les investissements à prévoir pour développer votre activité


Définir soi-même sa rémunération n'est pas si simple. Faites-vous aider par un expert-comptable.
À lire : Brut ou net : combien gagnez-vous en tant qu'indépendant ?
Un entrepreneur individuel peut se verser une rémunération dès que sa trésorerie le permet. Il est conseillé de se verser une rémunération fixe chaque mois (comme prévu dans votre bilan prévisionnel). Ainsi, en fin d’année, le suivi de votre rémunération globale sera plus facile.

Les premières rentrées d’argent devraient servir à investir dans votre produit et à recruter vos premiers collaborateurs. En tant que dirigeant, vous serez la dernière personne à vous payer. Utilisez le peu d’excédent de trésorerie que vous avez pour constituer des réserves financières qui serviront à financer votre besoin en fonds de roulement et préparer des périodes futures difficiles.
Le dirigeant d'entreprise dispose de plusieurs possibilités pour s’octroyer une rémunération ou se faire payer par sa société.

1. SALAIRE BRUT

Se verser un salaire est bien sûr la méthode la plus courante. Vous êtes alors taxé via l’impôt des personnes et vous aboutissez très vite dans la tranche fiscale supérieure, où vous devez payer 50% d’impôts. Pour éviter cela, certains entrepreneurs préfèrent se verser un petit salaire qu’ils complètent de différentes façons.

2. DIVIDENDE

Pour échapper à la pression fiscale sur le salaire, il est possible de se (faire) verser un dividende (ou participation bénéficiaire annuelle) sur lequel vous payerez moins d’impôts. En fin d'année vous évaluez avec votre expert-comptable, le versement d'un complément de salaire optimisé entre dividendes et primes, qui contribuera à votre protection sociale et à votre retraite.

3. PENSION COMPLÉMENTAIRE

Vous pouvez recourir à une Pension libre complémentaire pour indépendant (PLCI) en guise de complément reporté à votre salaire brut. À la fin de votre carrière active, le capital final vous est versé.

4. AVANTAGES EXTRA-LÉGAUX

Les avantages extra-légaux sont intéressants fiscalement pour la société, puisqu’ils peuvent être déduits en tant que frais professionnels. Vous ne payez pas de cotisations sociales sur une voiture de société, par exemple, étant donné qu’il s’agit d’un avantage en nature. Il y a trois types d’avantages : les coûts propres à l’employeur, les avantages sociaux et les avantages de toute nature. Chacun est associé à un régime fiscal particulier. Très souvent, ces avantages sont plus intéressants qu’une hausse du salaire brut, à cause de la pression fiscale.

5. IMMOBILIER

Autre possibilité : l’achat scindé d’immobilier. Il s’agit dans ce cas d’une construction d’usufruit, où la société possède l’usufruit tandis que vous possédez la nue-propriété en qualité de personne privée. Lorsque l’usufruit s’achève, par exemple au bout de 20 ans, vous devenez totalement propriétaire du bâtiment acheté.