De créateur à leader : parcours d'entrepreneur

©Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur

Objectifs ?

Accompagner la croissance de l'entreprise et motiver les équipes.

Quand ?

En phase de croissance 

Avec qui ?

Seul ou assisté d'un mentor, un associé, un conseil d'administration

L'essentiel
Createur Leader

 

Comment un créateur de projet peut-il mener une jeune entreprise à maturité ? Comment un entrepreneur devient-il un leader ? Un entrepreneur doit-il posséder des compétences en leadership pour réussir ? Éléments de réponse.

Thomas Edison a dit un jour que "le génie, c'est 1% d'inspiration et 99% de transpiration". Pour un entrepreneur, il s'agit de transformer l'étincelle initiale en une entreprise rentable grâce à un travail acharné qui exige diverses compétences et connaissances.

Une école de pensée affirme qu'un entrepreneur doit être un leader càd quelqu'un qui joue un rôle crucial pour motiver et diriger les gens à atteindre des objectifs communs. Cependant, certains entrepreneurs réussissent sans pour autant être des leaders (au sens strict du terme). Et d’autres vont même jusqu’à déléguer leur rôle de leadership.

L’entrepreneur est d’abord un créateur qui imagine de nouvelles possibilités, pour lui et pour ses clients. Il a un rêve qui va bien au-delà des ressources dont il dispose en débutant. Il imagine de nouveaux produits et services. Il crée des choses qui n'existaient pas hier.

Quand le projet initial commence à se développer, l’entrepreneur se transforme en manager. Il organise, gère et structure. Il introduit les notions d’efficacité, de performance, de rentabilité. Il veille à ce que l’idée de départ se développe de la manière la plus économique possible.

Plus tard, lorsqu’il engage ses premiers collaborateurs, l’entrepreneur-manager se double d’un leader : il garde le cap et motive ses collaborateurs.

Dans les années 60, Peter Drucker donnait la définition la plus célèbre de la différence entre manager et leader : " le management consiste à bien faire les choses ; le leadership à faire les bonnes choses ".

 

En d’autres termes, le management se préoccupe de l’efficacité et de la performance de l’entreprise tandis que le leadership s’attache à la vision et à la durabilité de l’entreprise.

  • Le management est généralement considéré comme orienté vers le court terme, adoptant une approche structurée et accomplissant le travail quotidien/hebdomadaire.
  • Le leadership est généralement perçu comme orienté vers le long terme, adoptant une approche non structurée et maintenant la culture unifiée vers une vision, une mission et une stratégie collectives.

En tant qu’entrepreneur, vous êtes à la fois manager et leader de votre vie et de votre travail, mais vous ne maîtrisez probablement pas toutes ses dimensions avec autant de bonheur. Êtes-vous plus à l'aise avec les résultats ou avec la gestion d’équipe ? Êtes-vous plutôt une rock star pour orchestrer les détails ou préférez-vous trouver des solutions créatives à des problèmes complexes ?

L'un des secrets de la réussite est de connaître son propre " style ", le style des autres, et ceux qu’il vous faudrait acquérir pour développer votre entreprise. Car chaque entreprise a besoin à la fois de leadership et de management.

 

Conceptualisé par Simon Sinek, le cercle d’or comprend 3 strates : le quoi, le comment et le pourquoi.
La plupart des entrepreneurs se préoccupent du quoi (leur métier) et du comment (quels produits et services offrir).

Exemple : Nous construisons des voitures (quoi) et ce modèle a une plus grande autonomie, des sièges en cuir et des feux à LED (comment).

Les leaders, ont contraire, vont du pourquoi au quoi : c’est leur vision qui inspire et fonde leur succès.  

Exemple : Le constructeur automobile Volvo a une croyance : “nous voulons qu’il n’y ait plus aucun mort ou blessé grave à bord de nos voitures (pourquoi), nous recherchons, développons ou associons des technologies pour y parvenir (comment), nos voitures sont toutes équipées de l’airbag piéton (quoi)”.

 

cercle or leadership

Avoir un projet génial et une vision ne vous mènera pas très loin si vous ne parvenez pas à développer votre activité, à motiver des collaborateurs compétents et prêts à partager votre vision.

La bonne nouvelle, c’est qu’on ne naît pas leader, on le devient. Il s’agit de développer certaines aptitudes qui vous permettront de diriger une équipe et de la mobiliser autour de votre projet. Voici 5 compétences qui vous aideront :

  1. Communiquer: pour donner des informations claires et précises, pour partager les réussites et les échecs de l’entreprise, pour créer une culture d’entreprise et cultiver un sentiment d’appartenance.
  2. Repérer les meilleurs talents: pour vous entourer de collaborateurs talentueux et loyaux. Une fois engagés, vous devrez ensuite les former et les développer.  
  3. Déléguer : pour soutenir la croissance car vous ne pourrez plus tout faire tout seul. Trouvez des profils qui excelleront là où vous êtes le moins bon et faites leur confiance.
  4. Gouverner : pour donner le ton, montrer le chemin par l’exemple.
  5. Rester à l’écoute : de vos collaborateurs, des clients, d’autres entrepreneurs, des spécialistes métier.

John Maxwell définit 5 niveaux de leadership. A chaque niveau coïncide une série d’activités, de principes et de valeurs. 

  • Position: le premier niveau dépend de votre statut (vous êtes le patron) mais cela ne fait pas de vous un leader reconnu ou qu’on a envie de suivre (quel leader deviendra le jeune entrepreneur qui engage ses premiers collaborateurs ?).
  • Permission: les gens vous suivent parce qu’ils le veulent bien. Les membres de votre équipe vous apprécient. La confiance se développe, tout comme le respect et la valorisation des personnes. (cas fréquent d’un fondateur de startup)
  • Production: les gens vous suivent en raison de ce que vous avez accompli. Ce niveau est axé sur vos résultats et votre crédibilité. Vous êtes capable de prendre des décisions difficiles et de faire la différence. Vous avez déjà développé plusieurs projets avec succès.
  • Développement: les gens vous suivent en raison de ce que vous avez fait pour eux. Ce type de leader investit énormément dans l’équipe. Il sait déléguer. Tout le monde y gagne à condition que le leader soit entouré de collaborateurs compétents.
  • Sommet: les gens vous suivent pour ce que vous êtes et ce que vous représentez. A ce stade, le leader s’attache à former de nouveaux leaders.
Lecture :  John maxwell : Les Cinq niveaux de leadership – 320 pages -, 2014 – GIED EDITIONS
niveaux leadership

Certains spécialistes ont établi une typologie des leaders qu’il est intéressant de connaître pour adapter votre style de leadership à votre situation entrepreneuriale.

 

types leadership
  • Le leader directif : « suivez le plan et faites ce que je dis »
    Il laisse peu de place à l’initiative, contrôle et fait du micro-management. Ses consignes sont des ordres.
    Exemple : Bernard Tapie. Il impose par sa carrure et son franc-parler.
  • Le leader visionnaire : « venez avec moi ! »
    Il communique une vision inspirante, explique le « pourquoi » et délègue le « comment ».
    Exemple : Steve Jobs qui a su motiver une équipe pour lancer un produit inexistant qui a révolutionné le monde technologique. 
  • Le leader participatif : « qu’en pensez-vous ? »
    Il stimule la créativité chez ses employés. Il favorise le dialogue et exploite l’intelligence collective. 

Pour devenir un leader reconnu, il ne suffit pas de travailler dur. Il faut diriger avec la tête et le cœur.  Voici quelques-unes des qualités cruciales qu’on retrouve chez la plupart des grands leaders :

  • Confiant mais pas arrogant
    Un leader est sûr de lui mais il a aussi une grande confiance en ceux qui travaillent avec lui. Il n’a pas peur des défis et ne recule pas lorsqu'il s'engage dans un plan d'action.
  • Charismatique
    Un leader communique de façon convaincante. Il a le don de motiver, rassurer et guider. Sa communication génère passion et envie.
  • Humble et empathique
    Un leader a assez d’humilité pour tenir compte des avis de ses collaborateurs (au lieu de vouloir tout diriger tout seul). Il comprend ce qui les motive et se soucie réellement de leur bien-être.
  • Energique et déterminé
    Le leader va jusqu'au bout des choses. Il est attentif aux détails tout en gardant à l'esprit la vue d'ensemble. Il n'abandonne pas facilement et déploie une énergie considérable pour transformer les situations difficiles en débouchés et les contraintes en opportunités.
  • Bienveillant
    Le leader fait plus que contrôler des projets ou assurer la réussite commerciale de l’entreprise. Il guide ses équipes et entretient une certaine proximité avec ses membres. Il se préoccupe véritablement de leur santé et de leur bien-être.
  • Visionnaire
    Il perçoit les opportunités et trouve des solutions aux obstacles à franchir (plutôt que d’être pessimiste et de ne voir que les embûches)..
  • Responsable
    Il assume la responsabilité de la performance de son personnel. Quand les choses vont bien, il fait publiquement l'éloge des efforts déployés. Lorsque des blocages surgissent, il trouve des moyens de remettre les choses sur les rails. 
  • Optimiste
    Le leader cherche à positiver et stimuler ses collaborateurs et à rendre le travail agréable pour tous.  

Comme le rappelle Alain Goetzmann, le management entrepreneurial c’est d’abord une attitude, un comportement : BIEN SE CONDUIRE POUR BIEN CONDUIRE.

Il évoque les 10 commandements du manager entrepreneurial :

  1. Soyez responsable à 100% de vous-même.
  2. Prenez votre destin en main.
  3. Fixez-vous des objectifs personnels
  4. Sortez de votre zone de confort
  5. Transformez-vous pour réussir
  6. Vivez sainement
  7. Optimisez votre temps
  8. Multipliez réseaux et relations
  9. Dotez-vous de vraies valeurs
  10. Construisez méthodiquement votre leadership