Financements publics en Région bruxelloise

©Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur

Les différentes sources de financement peuvent être regroupées par grandes catégories : le capital, l’autofinancement, les subsides et les crédits.

Concepts de base

Par financement, il faut entendre l’ensemble des ressources financières, tant internes qu’externes, à disposition d’une entreprise (société, indépendant ou asbl) et lui conférant les moyens d’action nécessaires pour réaliser son activité.

Les différentes sources de financement peuvent être regroupées par grandes catégories : le capital, l’autofinancement, les subsides et les crédits.

Chacune de ces catégories possèdent ses propres caractéristiques :

  • juridiques, fiscales & comptables (contrepartie, type d’engagement, exigibilité, subordination, etc)
  • techniques (durée, coûts, objet, présence ou absence d’un flux financier, etc)
  • risque, …


Il est primordial de bien évaluer vos besoins de financement à court, moyen et long terme et ce tout au long des différentes phases de vie de votre entreprise, aussi bien lors du démarrage de celle-ci, qu’en phase de développement ou en vitesse de croisière.

Votre entreprise est généralement financée par une combinaison de différentes sources de financement. Il est recommandé de parvenir à un financement équilibré de votre entreprise. Cet équilibre doit être atteint tant en terme de durée (court et moyen-long terme) qu’en terme d’origine des ressources (internes et externes).

Il y a donc trois règles fondamentales :

  1. A chaque phase de vie de votre entreprise peut correspondre un mix de financements différents.
  2. La durée de votre financement doit être liée à la durée de votre investissement (court/moyen/long terme)
  3. Il faut trouver un équilibre entre les fonds propres et les fonds de tiers.


Nous avons choisi de commencer notre série par les financements publics. Les produits de financements publics accessibles en Région wallonne ont été développés lors du précédent numéro. Nous allons  aujourd’hui faire le même exercice en Région bruxelloise.

Financements publics en Région bruxelloise

  • Régime de garantie

Après avoir évalué sa capacité d’autofinancement, vient très vite le moment où l’on se voit contraint de contacter l’interlocuteur qui s’impose en matière de financement: la banque.  Force est de constater qu’en tant qu’entrepreneur disposant de peu de fonds propres et de garanties limitées, la banque s’avère parfois difficile à convaincre.  C’est pour cette raison que les pouvoirs publics mettent à disposition de ceux qui entreprennent des solutions plus accessibles, voire réellement avantageuses.

Pour rester sur le crédit bancaire, le Fonds Bruxellois de Garantie  (www.fondsbruxelloisdegarantie.be) peut couvrir, à concurrence d’un maximum de 80% le montant emprunté à la banque, réduisant d’autant le risque pris par cette dernière. Notons que le but est ici de suppléer à une réelle insuffisance de garanties. Le coût du financement n’est guère réduit puisque s’y ajoute une contribution à verser au Fonds de Garantie, mais cette solution permet parfois de débloquer un dossier de financement.

  • Finance Brussels

Le groupe formé par la Société Régionale d’Investissement de Bruxelles (SRIB) et ses filiales, Finance.brussels/Groupe SRIB (www.finance.brussels.be)  est un pôle de financement public de la Région de Bruxelles-Capitale. Sa mission première consiste à soutenir la création et la croissance d’entreprises en facilitant l’accès au financement.

Finance.brussels/Groupe SRIB offre une solution adaptée à n’importe quel stade du développement de la vie de l’entreprise en octroyant aux candidats entrepreneurs et aux entreprises bruxelloises différents types d’outils financiers : prêts, prise de capital, ou co-financement à travers l’offre de ses filiales :

  • Capital-risque et prêts subordonnés

Les start-ups et PME peuvent, en fonction de leurs besoins financiers, être soutenues, via du capital-risque, par la SRIB ( financement d’entreprises en phase d’expansion), Brustart ( financement de jeunes entreprises innovantes) et/ou Exportbru (financement d’entreprises exportatrices) . Le financement peut aller de 50 000 EUR à 5 000 000 EUR.

  • Cofinancement bancaire

Brucofin (Cofinancement de PME en collaboration avec les banques et  > à 200.000 EUR) et Brupart (Financement d’indépendants, PME et TPE hors ZIP et cofinancement bancaire < à 200.000 EUR) soutiennent les PME notamment au moyen de garanties partagées jusqu’à 2 000 000 EUR.

  • Micro-finance

Des micro-financements jusqu’à 95 000 EUR sont prévus en faveur des PME et indépendants avec le soutien de Brupart (Financement d’indépendants, PME et TPE hors ZIP et cofinancement bancaire < à 200.000 EUR) et Brusoc ( Financement de PME et  TPE, exclues bancaires, dans la ZIP).

Pour tout complément d’informations, n’hésitez pas à reprendre contact avec un de nos consultants. EY vous aide à optimiser vos chances d’accès aux différentes sources de financement par une analyse transversale de votre situation et vous assiste dans la préparation d’un dossier adapté aux bailleurs de fonds sollicités : évaluation du niveau de besoin de financement, choix équilibré des sources et formes de financement.

Pour finir, remarquons que si l’on parle de prêt, cela signifie que les montants obtenus doivent par définition être remboursés. En cela, le crédit se distingue très clairement des subsides qui, eux, ne sont en principe pas remboursables.

Les subsides aux PME wallonnes et bruxelloises feront l’objet d’un prochain développement.

Elisabeth Otshudi
ACR Manager (EY)