Créer son entreprise pour sortir du chômage. Comment passer du rêve à la réalité ?

Pour sortir du chômage, vous rêvez peut-être de devenir indépendant. Vous n’êtes pas le seul ! De plus en plus d’entreprises sont créées par des demandeurs d’emploi.

Bonne nouvelle : il existe de nombreux experts et organismes pour vous informer et vous aider. Et toute une série de mesures et incitants pour soutenir vos débuts.

Où s’informer ?

Vous avez une idée ou un projet d’entreprise mais vous avez peur de l’échec. Vous souhaitez vous lancer comme indépendant mais vous ne savez pas par où commencer ? No stress ! Il existe de nombreuses sources d’information et de multiples structures d’accompagnement pour vous aider à créer votre emploi.

Actiris et 1819 ont publié une brochure très complète :

« Ne cherchez plus un emploi, créez-le ! »

Ce guide vous oriente dans les démarches à accomplir. Il se concentre uniquement sur les mesures propres aux chercheurs d’emploi.

4 conseils pour passer de chômeur à créateur d’entreprise

Créer son propre emploi implique un gros investissement. Vous devrez y consacrer du temps et de l’énergie. Vous devrez faire preuve de détermination et de motivation pour surmonter les inévitables obstacles. Et, le cas échéant, vous devrez trouver les fonds nécessaires pour démarrer.

Pour éviter que l’aventure ne tourne court, voici 4 conseils pour un démarrage en douceur.

Se faire accompagner

Comment être sûr que son idée est bonne, que son projet est rentable et durable ? Avez-vous évalué les impacts sur votre vie privée ? Y a-t-il un marché pour vos produits ou services ? Pour le savoir et créer votre emploi dans un cadre sécurisé, faites-vous accompagner.  

Les chômeurs complets indemnisés ont la possibilité de lancer leur entreprise en intégrant une coopérative d’activités.  Il en existe plusieurs en Belgique. A Bruxelles, la plus connue est JobYourself ou Backstage Brussels dans le secteur artistique.

  • Au cours d’une première phase de 6 mois maximum, vous serez coaché de manière individuelle et collective afin de préparer votre projet, définir votre business plan, …
  • Dans une deuxième phase, de 18 mois maximum, vous testerez votre activité sur le marché, en facturant vos clients avec le n° de TVA de la coopérative.

Pour les conditions d’accès à ces deux phases, se reporter au guide d’Actiris.

Se former avant de se lancer

Devenir indépendant ne s’improvise pas. Pour créer une entreprise commerciale ou artisanale en Belgique, vous devez prouver que vous disposez de compétences suffisantes en matière de gestion d’entreprise.  Et, dans certains secteurs d’activité, vous devez en plus prouver que vous maîtrisez les bases du métier. Il existe de nombreuses formations pour acquérir ces compétences.

Si vous êtes en phase de transition professionnelle, profitez de la période de chômage pour vous former à un nouveau métier ou compléter vos connaissances pour augmenter vos chances de réussite lorsque vous lancerez votre entreprise.  

Pendant votre formation, vous conservez vos allocations de chômage et vous ne devez plus rester disponible sur le marché de l’emploi.

Bien se préparer

Pour réussir, il s’agit de bien préparer ce nouveau départ. De réfléchir à ce que vous voulez faire et au meilleur moyen de concrétiser votre rêve.  Faites-vous accompagner pour valider et peaufiner votre idée et votre projet.

Il est possible de préparer ce passage à l’entrepreneuriat tout en continuant à bénéficier des allocations de chômage pendant 6 mois maximum.  Si vous remplissez les conditions, vous pourrez ainsi préparer votre installation (études de faisabilité, aménagement des locaux, établissement des contacts et accomplissement des formalités administratives).  

Financer le démarrage

Pour créer son entreprise quand on n’a pas ou peu de moyens financiers, et que les banques vous tournent le dos, le microcrédit ou le crowdfunding sont des alternatives intéressantes.  

  • Le micro-crédit cible essentiellement les petits commerçants et artisans en soutenant des petits projets d’investissement viables économiquement. Il s’adresse aux personnes physiques désireuses de s’établir comme indépendant et qui ont des difficultés à obtenir un prêt bancaire.
  • Le crowdfunding permet, quant à lui, de vérifier s’il y a un intérêt ou un marché pour vos produits ou services.

Par ailleurs, n’oubliez pas d’explorer les nombreux subsides octroyés par les Régions pour soutenir les projets d’entreprise.  A Bruxelles, consultez le site be.brussels pour une liste complète des aides bruxelloises.

Mesures structurelles d’accompagnement pour l’emploi

  • Prime pour indépendant
    Depuis janvier 2018, Actiris accompagne et soutient les nouveaux entrepreneurs par le biais d’une prime financière durant les premiers mois d’activité en tant qu’indépendant. 
    Il s’agit d’un incitant financier dégressif de 4000 € octroyé pendant maximum les 6 premiers mois de votre activité professionnelle indépendante à titre principal en vue de développer votre propre emploi.
    Pour plus d’info, consultez la fiche complète d’Actiris.
  • Mesure « Tremplin-indépendants »
    Cette mesure permet de conserver son droit aux allocations de chômage pendant douze mois tout en exerçant une activité d’indépendant complémentaire. A la fin des 12 mois, si l'expérience s'est bien passée, on se lance en tant qu'indépendant à titre principal, sinon, on reste avec son statut de chômeur. D'autres solutions consistent à continuer avec une coopérative d'activité ou d'autres structures encore. Pour bénéficier de cette mesure, vous devez remplir simultanément un certain nombre de conditions (voir feuille info ONEM T158)
  • Plan jeunes indépendants
    Cette mesure vise les jeunes demandeurs d’emploi de moins de 30 ans. Elle prévoit l’octroi d’un prêt à un taux préférentiel et l’assistance dans vos démarches.