Cadeau d’affaires : rentable, futile ou incontournable ?

Cadeau d’affaires : rentable, futile ou incontournable ?

Petite précision : nous ne parlerons pas ici des cadeaux que vous pourriez faire à vos collaborateurs. Sous certaines conditions, ils bénéficient d’un traitement fiscal et social avantageux, comme l’explique Partena dans un article sur les chèques-cadeaux et cadeaux de fin d’année ou l’UCM avec un tableau des conditions d’exonération dans l'article « Cadeaux pour les fêtes de fin d’année en 2017 : à quoi être attentif ? ».

Quel cadeau ? 

Passons brièvement en revue les cadeaux que vous pourriez faire à vos clients, fournisseurs et prospects. On distingue généralement trois segments dans le marché des cadeaux d’entreprise :

  • Les petits objets publicitaires : marqués au nom de l’entreprise, de faible valeur et distribués en grand nombre : clés USB, coques pour smartphone, carnets, tee-shirts, stylos, etc.
  • Les cadeaux gourmands : sous forme de coffret ou de panier garni, ce sont souvent des produits gastronomiques, des accessoires culinaires, des bouteilles de vin ou de champagne …
  • Les cadeaux de luxe : plus ciblés et de plus grande valeur, souvent de marque (maroquinerie de luxe, parfums, art de la table), ils sont réservés aux meilleurs clients et partenaires.

Si le critère prix reste crucial dans le choix du cadeau, l’utilité et le goût du destinataire sont aussi importants dans la décision. Tout comme les effets de mode (produits bio, produits locaux, etc.). Mais on détecte certaines constantes dans le type de cadeau choisi par les entreprises.  

Les alcools représentent 50,7 % des cadeaux d’affaires, contre 46,9 % pour les accessoires de bureau et 43,6 % pour la gastronomie. Le high-tech progresse, à 38,9 %. Le budget est inférieur à 65 euros pour plus de 75 % des sociétés. (source : étude 2016 d’Omyagué).

La quête du cadeau idéal peut s’avérer chronophage. Certaines conciergeries haut de gamme l’ont bien compris. Elles proposent des prestations de gestion de cadeaux d’affaires, comme la start-up française Letestu.

Cadeaux et avantages fiscaux

En règle générale, les cadeaux d’affaires sont déductibles à 50% à l’impôt.  Vous les déclarez comme frais professionnels réels.

Dans certains cas, vous pouvez les déduire à 100% à titre de dépenses professionnelles. Trois conditions pour cela :

  • le cadeau ne dépasse pas 50 euros. Attention, cette règle ne s’applique pas pour les boissons fortes et le tabac. Mieux vaut donc offrir du champagne que du cognac !
  • Votre logo doit y être visible, pour être considéré comme coût publicitaire : stylos, clés USB, textiles brodés, agendas, blocs note et autres mugs … relèvent de cette catégorie.
  • Ils doit faire l’objet d’une distribution massive, non limitée à une catégorie de clients ou relations professionnelles.

La plupart des cadeaux d’affaires sont soumis à une TVA de 21%, déductible à 100% à condition que la valeur du cadeau n’excède par 50 euros HTVA (hors tabacs et/ou spiritueux et alcools).

Le cadeau fait pendant un voyage d’affaire à l’étranger est entièrement déductible (même s’il a été acheté en Belgique).

Pour plus de détails, consultez le document « Charges déductibles – màj avril 2017 s» de Deloitte.

Outil marketing

Offrir un cadeau d’affaire est un geste qui n’a rien d’anodin !

Quel cadeau choisir ? Traditionnel ou original ? Quel budget ? Comment l’offrir ? Autant de questions que vous devrez vous poser avant de plonger avec frénésie dans la recherche du cadeau idéal.

Le choix est une étape importante. Un cadeau trop luxueux peut embarrasser mais, à l’inverse, un objet « banal » donnera l’impression que vous n’attachez pas beaucoup d’importance au destinataire.

Innovants, de valeur ou personnalisés, les cadeaux devraient tous avoir ce supplément d’âme qui marque les esprits. Répondre adéquatement aux attentes du destinataire est déjà une preuve de l’attention que vous lui portez.

A l’heure où les entreprises peinent à fidéliser leurs clients, le cadeau d’affaire est donc une manière astucieuse de garder le contact et de rester dans les mémoires.

  • Le cadeau crée la proximité par le biais d’un objet tangible et vecteur d’émotion. A condition de bien le choisir et d’éviter les gadgets insipides.
  • Un cadeau inattendu laisse un impact durable chez celui qui le reçoit. Cherchez à vous différencier tout en faisant plaisir. Jouez la carte de la nouveauté, du ton décalé ou de l’affectif.
  • Les cadeaux tissent des liens et remettent l’humain au cœur des relations professionnelles.  
  • Bien choisi et personnalisé, le cadeau est un geste fort, chargé d’émotion.
  • Casser les codes … voilà le secret d’un cadeau mémorable !

Ce n’est pas le prix qui compte mais l’intention. Et elle peut se traduire de bien des manières, y compris dans la façon de remettre le cadeau. En main propre, à l’occasion d’une visite, ou encore d’une réception, d’un événement, d’un voyage, etc.

Avec une durée de vie bien supérieure aux autres médias (press, web, radio) le cadeau est un outil de communication puissant et durable. Car, pour vous apprécier, vos clients doivent avant tout se souvenir de vous.

En conclusion

Quel que soit le cadeau que vous offrirez, assurez-vous qu’ils soient en adéquation avec votre identité et votre métier. Vous renforcerez ainsi l’association cadeau-marque (dites-vous que de nombreux destinataires recevront plusieurs cadeaux en fin d’année … lequel ressortira du lot ?).

Enfin, pour être mémorable, pensez à accompagner votre cadeau d’un mot personnalisé et manuscrit. Ou à le remettre en main propre pour un effet maximum. Cela peut être l’occasion d’organiser une tournée de vos clients (par vous-même ou par vos commerciaux) pour remercier mais aussi pour prendre des nouvelles et s'informer des besoins futurs.

Dire merci est la meilleure manière de bien terminer l’année et d’entretenir des relations professionnelles harmonieuses.

Chaque année, décembre et janvier sont propices aux échanges de cadeaux, même dans la sphère professionnelle.

La tradition des cadeaux d'affaire, vieille comme le commerce, n’a pas dit son dernier mot. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Découvrez nos autres articles